Analyse du modèle pour la crue de 4.40 m. La   crue   de   1984,   avec   une   hauteur   d’eau   de   4.40   m   à   Mopti,   est   la   plus   faible   enregistrée   depuis   1922,   date   du   début   des relevés.   Elle   est   la   conséquence   d'une   très   grande   faiblesse   des   pluies   sur   le   bassin   amont   du   fleuve   (zone   soudanienne   et   guinéenne). Elle a eu aussi pour conséquence la sécheresse la plus grave enregistrée dans la zone sahélienne depuis le début du 20 ème  siècle.
Station   Cotes   dates   Modèle Lamagat   Différence Crue - modèle   Mopti   4.40 m   19/10   4.40   m   0   Ké Macina   3.97 m *   17/10   3.37 m   +0.53 m   Sofara   3.10 m   12/10   3,05 m   +0.05 m   Akka   3.36 m   30/10   4,18 m   - 0.82 m Biefs   En 1984   Modèle Lamagat   Ké   Macina Mopti   2 jours   11 jours   Sofara Mopti   7 jours   3 jours   Mopti Akka   11 jours   39 jours
Les   surfaces   inondées   calculées   par   le   modèle   (carte   NIV_440)   montrent   des   cuvettes   très   morcelées   avec   une   emprise   totale   de l'eau   et   de   la   végétation   verte   sur   423   299   ha.   La   transposition   du   modèle   dans   Veg7   (shape   NIV_440_VEG7),   après   correction   des résidus   liés   au   lissage   de   la   matrice   Veg7k3,   nous   donne   une   surface   inondable   de   391   484ha,   valeur   que   nous   retiendrons   pour   la comparaison avec les images Landsat. L'analyse   de   la   carte   nous   montre   un   Delta   très   peu   inondé   avec   un   bloc   autour   du   Débo   Walado,   des   cuvettes   centrales   mal alimentées, et des cuvettes sud (Yongari-Mangari, Sébéra, Bani et Pondori) peu inondées . L'analyse   des   images   Landsat   a   permis   de   séparer   l'eau   et   la   couverture   végétale   densément   verte   des   plaines   inondées   des     formations   végétales   très   peu   marquées   des   plaines   non   inondées   et   des   togge    ainsi   que   les   sols   nus.   Replacées   dans   la   couverture Veg7   (shape   Veg7_1984),   ces   images   nous   permettent   d ' identifier   l'eau   et   les   formations   inondées   fortement   végétalisées   et   d ' indiquer si ces surfaces sont totalement ou seulement partiellement inondées. Les superficies ont été calculées de deux manières : 1- par comptage des pixel sur Landsat 2- par report de Landsat dans la couverture Veg7 donnant VEG7_1984
Eau libre (ha)   Végétation inondées (ha)   Total (ha)   Décompte des pixels   104 998   220 445   325 453   VEG7_1984         Totalement inondé   101 695   145 212     Partiellement inondé   46 598   102 038     T otal   148 293   247 250   395 886
440_1984.gdb
Télécharger
La gdb Analyse_440 contient deux shapes : - Niv_440 : Le modèle calculé brut -Synthèse_440_1984 avec les items suivants :       sigle  : sigle désignant les formations végétales.                               niveau   :   tranche   de   niveau   des   formations végétales profond : profondeur de submersion des formations     Value :  1 = eau          2 = végétation inondée     Inon  : 1 = totalement inondé/végétalisé        2 = partiellement inondé/végétalisé Value    et    Inon    proviennent    de    l'analyse    des    Images Landsat Synthèse : 1 = partie commune_440_1984    2 = inon_plus_1984   3= inon_moins_1984 Rappelons       qu e       synthèse       1+2=       VEG7_1984 (Landsat)  et 1+3 = NIV_440_VEG7
Profil_fond.rar
Extrait   des   images   Landsat   (197-050   & 197-049 du 10 nov. 1984
* la cote maximum à Ké Macina est atteinte deux fois : 3.96 m le 21/08 puis après une décrue, 3.97m le 17/10.
Par   rapport   au   modèle   de   propagation   proposé   par   J.P.   Lamagat,   pour   une   crue   de   4.40   m   à   Mopti,   la   hauteur   d'eau   relevée   à   Macina,      à   l'entrée   du   Delta,   est   plus   forte   qu'attendu   de   +   0.53   m,   avec   une   cote   atteinte   par   deux   fois   (3.96   m   et   3.97   m)   à   6 semaines   d'intervalle.   Si   la   crue   du   Bani   obervée   à   Sofara   correspond   à   la   crue   calculée   par   le   modèle,   elle   est   par   contre   très fortement   déficitaire   à Akka,   en   sortie   du   Débo,   déficit   à   mettre   en   relation   avec   une   durée   de   propagation   très   courte   (11   jours   contre 39   jours)   du   bief   Mopti   Akka.   On   constate   donc   un   fort   déséquilibre   entre   l'alimentation   du   Delta   par   la   branche   ouest,   le   Diaka, fortement en charge par rapport à la branche est, le Niger et le Bani via Mopti
Si   l'on   considère   que   les   surfaces   partiellement   inondées   le   sont   à   50   %,   la   surface   inondée/végétalisée   dans   le   Delta   en   1984 serait de 321 225 ha , valeur proche des 325 453 ha  mesurés par décompte des pixels sur les images Landsat. Carte Synthèse_1984
1-   La   surface   commune   aux   images   Landsat   et   au modèle    shape    (Com_1984_Niv440_280)    est    de    251 891    ha   et,   dans   ce   cas,   le   ratio   de   confiance   surface commune/modèle   est   de   63,3   %,    valeur   médiocre   à mettre      en      relation      avec      cette      année      1984 exceptionnelle,   mais   également   avec   un   changement de logique que nous allons développer. 2-          La         carte         de         synthèse         shape (synthèse_440_1984)   montre   clairement   une   partition du   Delta   intérieur   entre   deux   sous-régions.   Le   sud   et l'est   du   Delta   sont   en   fort   déficit   d'inondation   avec   la disparition   de   l’inondation   des   cuvettes   du   Pondori,   du Sebera,   du   Bani   et   sa   quasi   disparition   des   cuvettes   du Yongari-Mangari    et    de    Mopti,    ce    déficit    atteignant même   la   cuvette   de   Konna   rattachée   au   Débo-Walado. En    revanche,    une    partie    centrale    et    nord-ouest    du Delta   (cuvettes   de   Moura,   Sossobé,   Kadial,   Kakagnan et   Toggere   Koumbe,   ainsi   que   l'ouest   du   Walado)   est bien   mieux   inondée   qu'attendu   des   4.40   m   à   l’échelle de    Mopti,    avec    en    particulier    une    continuité    entre Kakagnan   et   Kadial   ainsi   qu'entre   Toggere   Koumbé   et le   sud   du   Walado,   cuvettes   que   le   modèle   sépare   pour cette isoligne (-2.20 m). Le   shape   (inon_moins_1984)   recouvre   139   593 ha    qui   sont   présents   sur   le   modèle   mais   ne   sont   pas inondés   sur   Landsat   en   1984.   Au   contraire   le   shape (inon_plus)_1984    montre    143    994    ha    de    surfaces inondées   sur   Landsat   et   non   prises   en   compte   dans   la logique   de   niveau   sur   Niv_440.   Ces   surfaces   inondées "en   plus   du   modèle"   représentent   36   %    des   surfaces inondées      observées      sur      Landsat ,      ce      qui      est considérable. Une     analyse     des     parcelles     des     formations végétales      inondées/végétalisées      sur      les      images Landsat   et   qui   ne   devraient   pas   être   inondées   avec   une crue de 4.40 m
sur   l’échelle   de   Mopti   montre   qu'une   partie   (plus   de   800   parcelles)   ont   une   profondeur   attribuée   par   le   modèle   de   -2.15   m,   donc très   proche   des   -2.20   m   du   déficit   de   la   crue   à   Mopti   par   rapport   à   la   crue   de   référence   (6.60   m).   Ces   parcelles   de   grande   taille   (416 ha   de   moyenne)   sont   des   mosaïques   binaires   (B/VOR,B/O,B/EOR,   VB/VOR,VB/O,   OP/VOR,   OP/EOR,   OP/O)   composées   de formations   profondes   (-2.80   m)   associées   à   des   formations   de   profondeur   moyenne   (-1.50   m).   On   peut   penser   que   dans   ce   cas   la formation   la   plus   profonde   occupe   la   majorité   de   la   surface.   Cependant   cette   explication   n'est   pas   complètement   convaincante, comme   le   montre   le   tableau   suivant,   puisque   d'autres   formations   qui   ne   devraient   pas   être   inondées   avec   une   crue   de   4.40   le   sont   sur Landsat (avec des profondeurs allant de -0.60 m à -1.70m) pour une surface cumulée de 67 385 ha :
Profondeur   (m)   Inondé totalement  (ha)   Inondé  partiellement (ha)   Surfaces    cumulées (ha)   [ - 2.15]   39 726   36 883   76 609   ]1.05 à 2.15[   20 443   40 109     ] - 0.60 à  - 1.05]   2 015   2 799     [ - 0.60]   815   1   204   67 385
Modèle   simplifié   pour   une   crue   de   4.90   à Mopti
Extrait   de   l ' image   Landsat   197_050   du 10 novembre 1984
La     comparaison     du     modèle calculé   correspondant   à   une   crue   de 4.90    m    avec    l'extrait    de    l'image Landsat     du     10     novembre     1984 montre         clairement         que         le comportement   de   la   crue   le   long   du Diaka    se    rapproche    d'une    crue    à 4.90 ou 5 m.
Le   déséquilibre   constaté   entre   la   crue   du   Niger   à   Ké   Macina   (cote   plus   forte   qu'attendu   de   +0.53   cm   par   rapport   aux   4.40   m relevés   à   Mopti)   explique   en   grande   partie   les   différences   constatées   entre   le   modèle   calculé   et   ce   que   montrent   les   images   Landsat. L'ouest   du   Delta   est   mieux   inondé   que   ce   que   le   modèle   prévoit   (en   violet   et   rose   sur   la   carte   de   synthèse).   Le   sud   est   et   l'est   sont   par contre   fortement   déficitaires   (en   rouge   sur   la   carte).   Mais   ce   déséquilibre   constaté,   qui   contribue   un   peu   à   amortir   la   crise   de   1984, n'est   peut   être   pas   la   seule   explication   possible:   s'y   ajoute   également   le   profil   en   long   très   particulier   du   Diaka. Alors   que   les   cotes   de fond   du   Bani   et   du   Niger   sont   relativement   régulières   (voir   les   graphiques   du   tableau   profil_fond),   ce   n'est   pas   le   cas   du   Diaka   (selon CARIMA : Modèle Mathématique du Fleuve Niger (SOGREAH-1984). *   Si   on   excepte   une   particularité   du   Niger   avec   un   décrochement   très   marqué   du   fond   à   Mopti   (cote   passant   de   259,7   à   258,67   m en 100 m), formant un «mouille» qui résulte de la confluence avec le Bani et qui se résorbe progressivement. Le   Niger   présente   une   pente   de   fond   de   4.5   cm/km   pendant   200   km   avant   de   voir   sa   pente   de   fond   diminuer   à   la   valeur   très   faible de   2cm/km   sur   les   50   km   précédant   l'entrée   dans   le   Débo.   Le   Bani,   pour   sa   part,   alterne   les   biefs   avec   des   pentes   de   4.5   cm/km   avec des   biefs   à   très   faibles   pentes   (entre   1cm   et   0,8   cm   par   km).   Cependant   aucun   des   deux   ne   présente   la   particularité   du   Diaka,   dont   le fond   présente   des   contrepentes   marquées,   en   particulier   entre   les   km   90   et   126   de   son   cours   depuis   Diafarabé.   Ces   contrepentes expliquent   la   grande   étendue   de   la   cuvette   de Toggere   Koumbe   et   contribuent   également   à   expliquer   le   dysfonctionnement   du   modèle en isolignes d'égales profondeurs de submersion pour des crues faibles comme celle de 1984. Cette   particularité   du   profil   du   Diaka   semble   liée   à   la   "dune"   transversale   NO-SE   le   long      de   l'alignement   Saré   Béré-Sildé- Rogonta-Sormé.   Cette   particularité   ne   se   retrouve   pas   à   l'est   de   la   cuvette,   puisque   les   cotes   de   fond   du   Mayo   Dembé   accusent   une pente   de   4.3   cm/km   avant   de   présenter   une   pente   de   fond   nulle   sur   les   20   derniers   km   de   son   cours   jusqu'au   Débo,   illustrant   ainsi   la différence entre un nord-ouest du Delta, "plus mouillé", et le sud et l'est, mal alimentés par la crue.
Pour   l'analyse   des   images   Landsat,   nous   disposons,   pour   cette   année   exceptionnelle,   d’une   série   d’images   (25   oct,   10   nov,   26   nov). L’image du 10 novembre donne le maximum d’informations sur la présence de l'eau et du couvert végétal vert dans le Delta.
Carte VEG7_1984
Carte NIV_440
Le dossier Profil_fond contient : Profil_fond.xls   :   contient   les   profils   et   les   cotes de   fond   du   Niger,   du   Bani,   du   Diaka   et   du   Mayo Dembé La carte : Le Diaka: un cours particulier (PDF)