Analyse du modèle pour une crue de 6.21 m Le modèle NIV_621 est comparé avec la crue de 2001 dont les caractéristiques sont les suivantes : * Le modèle de Jean-Pierre Lamagat, Hydrologue à l'IRD, date de 1983.  Il  établit des correspondances entre les hauteurs des crues des principales échelles du Niger. Il a notamment servi à l'élaboration du Modèle Mathématique du Fleuve Niger. Là   encore   la   crue   de   2001   est   assez   particulière   :   la   hauteur   d’eau   à   Ké   Macina   correspond   à   une   crue   de   6,60   m   à   Mopti   et non   à   une   crue   de   6,21   m.   Par   contre   la   crue   du   Bani   à   Sofara   est   plus   faible   qu’attendu   d'environ   5.4   cm.      Elle   est   un   peu   plus faible   qu'attendu   à   Akka,   en   sortie   du   lac   Débo.   D'autre   part   les   durées   de   propagation   de   la   crue   sont   très   différentes   du   modèle   sur les biefs Sofara-Mopti et Mopti-Akka. Ces   particularités   expliquent   en   partie   les   différences   constatées   entre   le   modèle   calculé   et   l’analyse   des   images   Landsat   :   le   7 octobre   198_050   (ouest   du   Delta),   le   16   octobre      197_051   (sud   du   Delta)   et   le   17   novembre   pour   197_051,   050   et   049   (ensemble du Delta). L’inondation   (NIV_621)   prend   la   forme   d’un   bloc   massif   au   centre   et   au   nord   du   Delta,   juste   entaillé   par   le   Pérou Dialloubé.   Elle   apparait   plus   complexe   au   sud   avec   de   grands   bassins   (sud   de   Mopti,   Yongari   Mangari,   Pondori)   et   s’effiloche rapidement   entre   Diafarabé   et   Ké   Macina   à   l’amont   du   Delta.   La   surface   inondée   totale   est   de   1   417   331   ha    selon   le   modèle calculé. Cette   réalité   complexe   se   retrouve   dans   la   surface   commune   au   modèle   -   shape   (NIV_621_Veg7)-   et   aux   images   -shape (VEG7_2001).   Le   shape   (Commun_621_2001)   résultant      totalise   une   surface   de   1   276   476   ha   dont   1   154   624   ha    totalement inondés/ou végétalisés et 121 852 ha partiellement. 1   -   Dans   le   premier   cas,   le   ratio   de   confiance    que   l'on   peut   avoir   pour   le   modèle,   rapport   entre   la   surface   totale   de (Commun_621_2001)   et   celle   de   (NIV_621_Veg7),   atteint   93.3   %.   Si   l'on   ne   tient   compte   pour   (Com_621_2001)   que   des   surfaces totalement inondées/végétalisées, le ratio n'est plus que de 84.4 %, la valeur réelle étant comprise entre ces deux bornes. 2   -La   comparaison   entre   (NIV_621_Veg7)   et   (VEG7_2001)   montre   également   des   surfaces   inondées   sur   Landsat   et   qui   ne   le sont   pas   sur   le   modèle   -   shape   (Inon_plus_2001)   et   inversement   des   surfaces   calculées   comme   inondables   et   qui   ne   le   sont   pas   sur Landsat - shape (Inon_moins_2001)-. Le shape (synthèse_621_2001) regroupe (Commun_621_2001, Inon_plus_2001, Inon_moins_2001) 1   -   Les   surfaces   calculées   comme   inondées   et   qui   ne   le   sont   pas   sur   Landsat   représentent   89   930   ha   (inon_moins_2001)   dont 31   766    ha   sont   occupés   par   des   mosaïques   comprenant   des   formations   d'abord   inondables   par   ruissellement   (en   rose   sur   la   carte   de synthèse)   et   58   164    ha    sont   composés   de   formations   normalement   inondables   (en   violet   clair)   dont   le   détail   est   donné   dans   le tableau suivant : Profondeur   des   formations   inondables   sur   le   modèle   à   6.21   m   mais   non   inondées   sur   les   images   Landsat   2001   (sur   58 164 ha) 2   -   Cependant   les   images   Landsat   laissent   également   apparaitre   des   surfaces   inondées   et/ou   végétalisées   qui   ne   sont   pas comprises dans le modèle calculé pour un total de 136 841  ha.(Inon_plus_2001)
Station    2001   dates   Modèle    JP Lamagat*   Durée de propagation   Mopti    621    18/10    621 .0     En 2001   Selon modèle   Ké   Macina    662    22/09    598.9   Ké Macina Mopti   26 jours   24 jours   Sofara   534    27/09   529.4   Sofara Mopti   21 Jours   10 jours   Akka    470   15/11    519.7   Mopti Akka   28 Jours   43 jours
Après   correction   des   erreurs   liées   au   lissage   de   la   matrice   (en   plus   et   en   moins),   la   surface   potentiellement   inondable   de NIV_621_VEG7   est   de      1   367   484   ha.    La   différence   relativement   importante   entre   les   deux   résultats   s'explique   par   l'élimination   de fragments   de   parcelles   dont   la   profondeur   est   comprise   entre   -0.05   cm   et   -0.35   cm.   Les   cotes   -0.35   m   et   -0.45   m   sont   ambigües   par rapport   à   une   inondation   de   6.21   m   (-0.39   m   sous   la   cote   de   référence)   car   elles   représentent   des   mosaïques   intergrades   (niveaux   - 0.10   et   -0.60   pour   -0.35   m   et   niveaux   -0.30   et   -0.60   pour   -0.45   m).   Une   partie   de   ces   mosaïques   sont   donc   susceptibles   d'être inondées.   La   surface   inondable   de   1   367   484   ha   est   donc   une   surface   minimum,   les   surfaces   à   la   cote   -0.35   m   comprises   dans   le modèle   (NIV_621),   mais   exclues   de   (NIV_621_VEG7)   occupant   16   728   ha.   Par   contre   les   surfaces   à   la   cote   -0.45   m   ont   été conservées. La   surface   totale   sur   Landsat   -shape   (Landsat_2001)-   atteint   1   426   684    ha,      valeur   supérieure   à   celle   observée   sur   le   modèle (NIV_621_Veg7)   avec,   en   particulier,   des   surfaces   en   eau   situées   au   sud-ouest   du   Delta   (région   de   Diafarabé)   fortement   marquées sur    les    images    des    7    et    16    octobre    et    qui    n'apparaissent    plus    sur    les    images    du    17    novembre.    Les    surfaces    totalement inondées/végétalisées   totalisent   1   219   477   ha,   auxquels   s'ajoutent   207   207   ha    partiellement   inondés.   Sur   ce   total,   11   611   ha   (4597 ha   inondés   totalement   et   7014   ha   partiellement)   sont   inondés   le   16   octobre   mais   ne   portent   pas   de   végétation   marquée   le   17 novembre. Ces formations, toutes situées dans la région de Diafarabé, ont une profondeur inférieure ou égale à -0.30 m.
Profondeurs    Surface (ha)   -   0.45 m   19 184   - 0.60 m   13 929   ] - 0. 6 m à  - 1.50 m]   18 881   ] - 1.50 m à  - 4 m]   6 170 Surface totale   136 841 ha   Dont  s urfaces totalement  inondées et/ou végétalisées     52 897 ha   Dont s urfaces  partiellement inondées   et/ou végétalisées     72 317 ha   Dont inondées le 16 octobre et non végétalisées le 17 nov     11 627 ha
Sur   la   carte   de   synthèse,   les   surfaces   inondées   sur   Landsat   et   qui   ne   le   sont   théoriquement   pas   sur   le   modèle   calculé   ont   toutes des    profondeurs    comprises    entre    -0.05m    et    -0.35    m.    La    majorité    ne    sont    inondées    que    partiellement.    Elles    se    répartissent principalement   dans   la   région   de   Diafarabé,   en   périphérie   du   Yongari-Mangari,   à   la   périphérie   ouest   du   Delta   et   dans   la   nappe principale   qui   s'étend   de   l'ouest   du   Delta   au   Peroudji    Dialloubé.   Elles   marquent   clairement   l'influence   de   la   crue   forte   de   Ké   Macina (+63   cm)   par   rapport   au   modèle,   crue   qui   se   répercute   sur   le   Diaka   et   jusqu'au   défluent   alimentant   le Yongari,   au   droit   de   la   station   de Kouakourou. Au-delà de Kouakourou, cette influence devient négligeable et est contrebalancée par les apports déficitaires du Bani. Une   partie   non   négligeable   de   ces   surfaces   (représentées   en   noir   sur   la   carte),   toutes   situées   dans   la   région   de   Diafarabé,   sont   en eau   le   16   octobre   et   ne   portent   pas   de   végétation   marquée   le   17   novembre. Toutes   ces   formations   ont   une   profondeur      maximum   de         - 0.30   m.   La   cause   est   probablement   liée   à   un   pic   de   crue   (entre   6   m   et   6,62   m)   qui   ne   dure   que   25   jours,   trop   bref   pour   alimenter durablement les formations concernées. Les   espaces   non   inondés   illustrent   deux   phénomènes   concomitants   :   la   mauvaise   alimentation   en   eau   du   Pondori   qui apparaît   très   tôt   et   est   renforcée,   pour   l'année   2001,   par   une   crue   du   Bani   légèrement   déficitaire   et   dont   la   propagation   est   plus lente   qu'attendu   entre   Sofara   et   Mopti   (21   jours   contre   10   jours   en   moyenne).   Les   espaces   inondés   sur   Landsat   et   qui   se   situent hors   des   surfaces   calculées   par   le   modèle   montrent   le   rôle   joué   par   un   déséquilibre   des   apports   entre   le   Niger   et   le   Bani.   Dans   le cas   de   la   crue   à   6.60   m,   les   apports   déficitaires   du   Niger   à   Ké   Macina   se   traduisaient   par   un   déficit   de   surfaces   inondées   dans   la région   de   Diafarabé   et   la   plaine   de   Moura.   Dans   le   cas   de   2001,   la   crue   plus   forte   de   Ké   Macina   se   traduit   par   une   inondation plus   marquée   mais   en   partie   fugace,   dans   cette   même   région.   Ce   déséquilibre   des   apports   vient   nuancer   la   logique   de   niveau   que nous développons dans Delmasig.         Télécharger       
621_2001.rar
Les    surfaces    non    inondées    par    ruissellement    (en    rose)    se répartissent,   pour   l'essentiel,   en   périphérie   du   Delta,   dans   le   Pérou Dialloubé   et   sur   le   Chibon,   extrême   pointe   vers   l’est   du   Pondori.   Les formations   inondables   par   la   crue   (en   violet   clair)   se   trouvent   surtout dans   le   sud   du   Pondori,   le   long   de   la   rive   droite   du   Bani   au   sud   de l’erg   de   Femaye,   dans   les   hautes   plaines   du   Sébéra   qui   dépendent   du Bani   ainsi   que   dans   le   Pérou   Dialloubé   dépendant   du   Niger   aval   après sa réunion avec le Bani.